Le sens paroptique


Le sens paroptique

Le sens paroptique, ou voir sans les yeux.

Certaines personnes sont capables de voir sans leurs yeux. C’est ce que l’écrivain et poète Jules Romains a qualifié, dans un traité datant de 1920, de « vision extra-rétinienne », ou « sens paroptique ». Cette extraordinaire capacité permet aux personnes douées de ce sixième sens de pouvoir reconnaître des objets les yeux bandés ou de lire des textes par un simple contact avec la peau. Les exemples de ce phénomène sont nombreux, nous allons ici vous livrer les plus incroyables, qui laissent aujourd’hui encore les scientifiques sans voix.

Le sens paroptique existe depuis toujours, mais ses premières constatations remontent au XVIIème siècle, lorsque l’éminent scientifique irlandais Robert Boyle fait la rencontre d’un homme affirmant pouvoir reconnaître les couleurs par un simple toucher. Boyle effectue une série de tests en bandant les yeux de l’homme. Et constate que celui-ci est prompt à définir toutes les feuilles de couleur qu’on lui met sous la main ! Malgré le scepticisme de ses confrères, qui croient à une supercherie, personne ne pourra comprendre comment l’homme a procédé…

Les scientifiques se penchent plus sérieusement sur le sens paroptique à la fin du XIXème siècle. En 1893, des médecins américains évoquent le cas d’une patiente aveugle, Mollie Fancher, dotée de talents médiumniques. Cette jeune femme était capable de lire le plus « normalement » du monde des livres… en passant le bout des doigts sur les pages… Et ce n’était pas du braille ! A la même époque, en Italie, le docteur Cesare Lombroso s’occupe d’une jeune patiente de 14 ans capable de voir les objets qui l’entourent grâce… au lob de son oreille gauche et à son nez.

Dans la première moitié du XXème siècle, les exemples de personnes dotées du sens paroptique vont grandissant, et font régulièrement la Une des journaux. Des expériences toujours plus poussées s’effectuent sur ce sixième sens qui divise. En 1960, une américaine, de 14 ans également, Margaret Foos, passe une série de tests minutieux devant un parterre de scientifiques. Les yeux bandés, elle est capable de reconnaître des extraits de livre, des couleurs et peut même jouer aux dames. Trois ans plus tard, dans ce qu’on appelait alors l’URSS, une certaine Rosa Kuleshova, toujours les yeux bandés, lit tranquillement des articles de journaux ainsi que des partitions de musique, à l’aide de ses doigts et de son coude…

Une explication scientifique au sens paroptique, sous l’impulsion du docteur Richard P. Youtz, psychologue de l’université de Columbia, voit alors le jour. Pour lui, être capable de lire avec les doigts serait lié avec la quantité d’énergie absorbée par les couleurs. En effet, celles-ci, comme tout ce qui existe dans l’univers, ont une vibration propre, que certaines personnes ultra-sensibles seraient capables de reconnaître. Le noir étant la couleur absorbant le plus d’énergie, et donc dégageant le plus d’énergie sur une page blanche, permettrait de laisser voir ses lettres…

Mais si Jules Romains a affirmé que la vision paroptique était due aux capacités de certaines fibres nerveuses ultra-sensibles, lesquelles permettent d’agir comme une sorte de « nerf optique de la peau », que dire alors de Kuda Bux, cet indien mystique qui, les yeux bandés, faisait tranquillement du vélo dans les rues encombrées de New-York, sous le regard stupéfié des badauds ? Lui ne touchait rien d’autre que sa selle et son guidon ! Il était certainement doté d’un autre sens mystérieux, nommé l’autoscopie, ou « expérience de hors-corps », permettant de sortir de son enveloppe charnelle et de se regarder évoluer, d’en haut… Cette faculté sera assurément abordée dans un prochain article !

Alors, vous sentez-vous prêts à reconnaître la couleur des objets dans la nuit ? Ou à lire cet article les yeux fermés ? Avez-vous le sens paroptique ? Pas si simple ! Et pourtant, des gens en sont capables. Ce sont des femmes et des hommes que l’on appelle extra-lucides et médiums, et qui sont autant de preuves que l’être humain est capable de choses vraiment extra… ordinaires !

Aucun commentaire pour “Le sens paroptique”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le voyage astral - Blog Voyance de MonSiteVoyance - [...] Fancher, une jeune femme américaine dont nous avons parlé dans l’article intitulé La vision paroptique, était surnommée « l’énigme de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *